Revue de presse

Bienvenue sur notre revue de presse.

Consultez nos différents articles parus ci-dessous :


  ... 7 ...  

Maraude.  Des compagnons au cœur de la nuit

Maraude. Des compagnons au cœur de la nuit

© Le Télégramme Le 14 déc. 2017

Magazine / Presse écrite

Depuis cinq ans, les Compagnons de la nuit assurent des maraudes hebdomadaires auprès des SDF de Lorient. Particularité de l'association : chaque semaine, elle embarque des lycéens de Saint-Joseph-La Salle. 

Mardi soir. Lingerie du lycée Saint-Joseph-La Salle. Il est presque 19 h 30. Leur dîner à peine avalé, Thibault, Jonathan et Anthony sont descendus enfiler leur gilet bleu et charger la fourgonnette. Ces internes, élèves en première Métiers de la sécurité, sont de « service » ce soir : ils participent à la maraude hebdomadaire des Compagnons de la nuit.

Soupe et café chauds


Sous la houlette de Jean-Louis, gardien du lycée, et d'Aline, la présidente des Compagnons de la nuit, les trois lycéens et Hélène et Jean, bénévoles, calent à l'arrière du fourgon les glacières emplies de nourriture récupérée le matin à la Banque alimentaire mais aussi les thermos d'eau chaude pour le café et les cinq litres de soupe préparée dans les cuisines de l'établissement. Sans compter des couvertures et quelques croquettes pour les compagnons à quatre pattes des SDF.

La gare, un point fixe


Il est 19 h 45. Il fait 7eC à peine mais la température ressentie est proche des 4ºC. Franck, surveillant au lycée Saint-Jo, s'installe au volant. Après un crochet par la boulangerie Ty Bara Mad pour récupérer les invendus de la journée, direction la gare, seul point « fixe » de la maraude des Compagnons de la nuit. Portable en poche, Jonathan est en lien quasi permanent avec le 115 (Samu social). En arrivant, Aline distingue les gyrophares de voitures de pompiers. L'inquiétude saisit les Compagnons. Vite rassurés par le fait qu'il ne s'agit pas de véhicules de secours à la personne. Sur le parking de la gare, une demi-douzaine de personnes, des hommes pour l'essentiel, sont là. « Ça peut aller jusqu'à une vingtaine », explique Jean-Louis. Il y a les habitués. Et d'autres. Autour d'une soupe ou d'un café, les discussions vont bon train. On prend des nouvelles des absents.

 On s'enquiert du quotidien. On note les numéros de portable, au cas où. « C'est grâce à vous que j'ai chaud », sourit Hervé, avant de disparaître dans la nuit.

« L'impuissance, c'est dur à gérer »


Une fois la nourriture et quelques couvertures distribuées, les Compagnons de la nuit replient rapidement leur petite table. La fourgonnette prend la direction de Bois-du-Château. Le Samu social a signalé une famille sans hébergement. Les parents et leurs deux enfants sont réfugiés dans un hall d'immeuble. Sur place, les bénévoles sont un peu démunis : la famille ne veut rien de plus qu'un toit pour la nuit. « Nous ne pouvons pas leur fournir », regrette Hélène. « L'impuissance, c'est ça qui est dur à gérer », confie la bénévole de longue date. Le dialogue est compliqué avec cette famille arménienne. Un voisin vient assurer la traduction. Finalement, les Compagnons leur donneront quelques couvertures pour la nuit et des viennoiseries pour les enfants. « Ce genre de situation, ça nous apprend beaucoup », souffle Thibault. « Il faut poser les choses. Faire les bons choix ».

« Chaque maraude est différente »


Les Compagnons de la nuit sont déjà en route pour la place Alsace-Lorraine. D'après le 115, il y aurait là un couple avec une femme enceinte. Mais une fois sur place, personne. Les bénévoles cherchent dans les rues adjacentes... Avant de repartir vers le Cinéville où un SDF « habitué » des lieux a été signalé. Puis ce sera l'avenue du Faouëdic, le port de commerce... « Chaque maraude est différente », confie Aline. Les Compagnons de la nuit sont au rendez-vous tous les mardis soirs. « Nous serons là les 26 décembre et 2 janvier aussi bien sûr ». Dans les glacières, « il y aura certainement des bûches et des chocolats ». Et dans les regards, toujours, beaucoup de chaleur humaine.

 

Le prêtre de la paroisse St Joseph !

Le prêtre de la paroisse St Joseph !

© Le Télégramme Le 7 déc. 2017

Magazine / Presse écrite

Un suspense haletant ! Mené durant presque toute la rencontre, le Cep s'est finalement imposé à la dernière seconde mardi, face à Boulogne, 89-88, au palais des sports de Kervaric. D'aucuns diront qu'avec, dans les rangs de ses supporters fervents, un homme d'église aussi motivé, qui n'a pas hésité à mouiller le maillot aux tambours, le Cep a reçu un petit coup de pouce du ciel. Les basketteurs lorientais ont ainsi enchaîné un 7e succès d'affilée, pour le plus grand bonheur du père Thomas, prêtre accompagnateur de Saint-Joseph (photo Nicolas Créach).

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/morbihan/lorient/cep-basket-un-coup-de-pouce-du-ciel-07-12-2017-11770600.php#GYuCfrj861CKg3y0.99

Palmes académiques. Joël Moreau et Philippe Le Bérigot distingués

Palmes académiques. Joël Moreau et Philippe Le Bérigot distingués

© Le Télégramme Le 25 nov. 2017

Magazine / Presse écrite

Marc Suteau (directeur de Saint-Joseph-LaSalle), Philippe Le Bérigot, Anne Armand (doyenne de l'Inspection générale de l'Éducation nationale) et Joël Moreau.

Vendredi soir, à Saint Joseph-LaSalle, se tenait la cérémonie de remise des Palmes académiques : M. Joël Moreau, président de l'organisme de gestion, vice-président de l'Udogec, s'est vu remettre les Palmes académiques. Philippe Le Bérigot, ancien chef d'établissement, a quant à lui été promu au titre d'Officier dans l'Ordre des Palmes académiques.

 

 

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/morbihan/lorient/palmes-academiques-joel-moreau-et-philippe-le-berigot-distingues-25-11-2017-11754967.php#ZIPO8jHTFqmD0S1B.99

Hermine Gourmande. Partenariat avec le Lycée

Hermine Gourmande. Partenariat avec le Lycée

© Le Télégramme Le 12 nov. 2017

Magazine / Presse écrite

Spécialisée dans la torréfaction et le négoce de café, l'entreprise L'Hermine Gourmande, sur la zone d'activité de Guernéac'h, a mis en place un partenariat avec la filière « commerce » du lycée Saint-Joseph de Lorient. Mercredi, Sylvie Colin, la gérante de la société, recevait les élèves de première commerce et trois de leurs enseignantes, Manuela Cavalcante (techniques de vente), Maryline Champalle (arts appliqués) et Brigitte Guillemot (vente). Dans le cadre du partenariat, les élèves ont ainsi la possibilité de se mettre en situation concrète de vente.

Savoir argumenter

« C'est gagnant gagnant puisqu'ils vendent notre café. Il est donc très important que ces jeunes connaissent notre entreprise, son fonctionnement, ses produits. Aujourd'hui, ils découvrent dans les détails le circuit de fabrication et de distribution du café, de A à Z. Et ils semblent très intéressés... », expliquait mercredi Sylvie Colin. « Ils vont devoir argumenter, mettre en valeur les produits », ajoute Brigitte Guillemot. « C'est du concret, nos élèves ont là l'opportunité de rencontrer des professionnels, de se renseigner sur l'approvisionnement, la fidélisation de la clientèle, les tâches de gestion courante et bien évidemment la vente. On les initie aussi à autre chose que la grande distribution ». Dans le cadre de leur formation, ces élèves de la filière commerce ont aussi réalisé des affiches sur le thème du café.


Sur la zone de Guernéac'h à Gourin, les jeunes Lorientais ont longuement échangé avec Christophe Bourlès, responsable de la torréfaction et de l'ensachage. « C'est une torréfaction lente, artisanale. On distribue dans toute la Bretagne. Les volumes sont en progression », expliquait-il.
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/morbihan/gourin/hermine-gourmande-partenariat-avec-un-lycee-12-11-2017-11737461.php#TowAJ2iv2m5Jg7DA.99

Un partenariat avec le Quebec

Un partenariat avec le Quebec

OUest-France, le12/10/2017

Magazine / Presse écrite
Scène de crime au lycée

Scène de crime au lycée

Tébésud, juin 2017

Blog / Internet

“Forensic Consulting France”, une société morbihannaise unique en France, a mis ses compétences au service des élèves de 2nde de St Jo en leur faisant découvrir l'expertise criminalistique..

Basée à Questembert, l'entreprise est la seule en France dans le domaine de l'expertise criminalistique. Les 58 lycéens qui suivent l'enseignement d'exploration MPS, méthodes et pratiques scientifiques ont bénéficié d’un approfondissement en science et investigation policière.


  ... 7 ...